Accro au TROP

Je suis accro au trop.  Je parle trop, je mange trop, je bois trop, je parle trop, je dépense trop, mais surtout, j’aime trop.

Bien que je sache que ce trop ne fait pas l’unanimité (on ne le fait jamais soit dit en passant), je sais très bien que la personne à qui ça nuit le plus, c’est moi-même.

Durant plusieurs années, je me suis demandé pourquoi  j’étais accro à ce trop…  Évident vous me direz, mais quand on parle de soi, ce ne l’est jamais…  Je suis accro au trop car j’ai « trop » vécu le manque.  J’ai grandi avec des trous et j’ai tenté (et je tente encore trop souvent) de les remplir avec du trop.  L’affaire c’est que c’est tellement facile de se faire encore plus de mal.

Le fameux j’aime trop…  Je crois sincèrement qu’on aime trop quand on a justement manqué de j’aime…  J’aime trop ça veut dire dépasser ses limites, en faire plus que le client en demande, donner ce que l’on n’a pas, et surtout se manquer de respect.  J’aime trop c’est ne pas s’aimer assez justement.  Et ce, dans n’importe laquelle des sphères de votre vie.  J’aime trop c’est dire oui quand on devrait dire non.

Parfois le trop se traduit aussi de façon inverse…  Ne jamais dire oui, ne jamais se laisser aller, ne jamais donner de chance, ne jamais oser…. Trop de jamais. Question d’être certain de ne pas se faire trouer à nouveau…

Les trous ne se remplissent pas avec  des éléments extérieurs…  l’alcool, la dépense, la drogue, la bouffe, le sexe, whatever ce qui peut mettre un plaster sur ce trou (MOMENTANÉMENT!!).  Faut juste apprendre à vivre avec et surtout accepter nos manques, nos faiblesses, nos lacunes.

Pour ceux qui me lisent régulièrement, je crois que vous savez maintenant que je crois sincèrement que chacun est maître de son destin, de ses décisions.  Les trous à l’intérieur de chacun de nous ont été causés par des événements impliquant, presque tout le temps, des gens qu’on a aimés profondément (un parent, un ami, un conjoint…)   Par contre, ce sont nos réactions face à ces événements qui ont causé ces trous.  Car les gens que l’on a aimés,  ont eux aussi des trous… et ainsi de suite!  (L’arbre est dans ses feuilles marillon dondé!).  On ne peut donner ce que l’on n’a pas.  Personne ne remplira jamais vos manques.  La seule personne qui peut le faire, c’est vous.

Pour ma part, c’est clairement le yoga qui m’a permis et qui me permet encore d’avoir un équilibre satisfaisant.  Je réussis me sentir en paix sur mon tapis, à n’importe quelle heure, n’importe où.  J’accepte ce que je suis, ce que je ressens et ce que je vis, sans chercher à « ENCORE » trouver une solution.  Et surtout, je RESPIRE.  C’est déjà un énorme cadeau…

À vous maintenant de trouver votre propre tapis…

Namaste xx

 

 

Vous aimeriez aussi...