Que sera sera

Plusieurs amis m’ont fait remarqué ne pas avoir lu mes « belles histoires » depuis un petit bout…

-Ben oui je sais, je suis très occupée, je manque de temps… La job, la formation de yoga, les enfants, la fermeture de la maison, etc…

La vérité c’est que je n’ai pas vraiment de belle histoire à raconter.  Je file un mauvais coton depuis 2 mois.  Sauf que je n’en parle pas puisqu’une fille qui a fait une dépression et qui file un mauvais coton, ça fait peur à ben du monde qui l’aiment…  C’est sans doute justifié, mais c’est comme si je n’aurai plus jamais le droit de mal filer sans risquer de retomber ou encore qu’on me rappelle que je peux recommencer les médicaments, ou qu’on me rappelle que les services d’aide existent, ou qu’on me rappelle que « faut pas attendre ».  On va mettre de quoi au clair :  JE LE SAIS.  La première personne au monde qui ne veut pas retomber, c’est moi.  Et avec une assez solide longueur d’avance sur tout le monde.  Juste pour ça, je ne retomberai pas.  Mais j’ai le droit de mal filer, comme tout le monde.

Durant le dernier mois, j’ai fermé ma piscine toute seule.  J’ai démonté mon set-up d’été toute seule.  J’ai grimpé mes pneus 18 pouces sur ma mezzanine de garage toute seule.  J’ai démonté ma trampoline de 12 pieds toute seule.  J’ai essayé de réparer une toilette toute seule.  J’ai passé plusieurs journées, soirées, nuits toute seule.  Quelle belle occasion de se prouver à soi-même qu’on n’a pas besoin de personne… Qu’on s’auto-suffit, qu’on a réussi à se prouver qu’on savait apprécier sa propre compagnie.  J’adore ma propre compagnie, mais un moment donné, j’ai fait le tour comme on dit.

J’ai parlé de la solitude et de la famille lors de mon dernier blogue…  Aujourd’hui, pour la première fois, je vais ouvrir mon cœur sur l’amour.

Les 2 derniers mois, comme vous pouvez le voir, ont été remplis de solitude.  L’affaire que j’ai appris de cela, c’est que j’ai exactement les mêmes comportements en vivant seule qu’en vivant en couple.  Je. n’ai. Besoin. De. Personne.  Je me rends compte que j’ai toujours eu  une carapace de 12 pouces d’épais  afin de ne jamais être faible ou vulnérable…  Ou plutôt de ne jamais le démontrer.  C’est le meilleur moyen de ne jamais être déçue ou blessée.  Ne pas démontrer ce dont on a besoin afin de ne pas être déçue de ne pas l’avoir…  Il n’en demeure pas  moins que ces besoins sont là et qu’ils ne sont pas plus comblés en les cachant puisque savez-vous quoi… personne n’est devin.  Même la personne qui vous aime le plus au monde.  C’est pourquoi j’ai décidé que je parlais depuis quelques mois justement…

Donc.

Devant cette solitude, une panoplie de solutions miraculeuses me sont présentées par plusieurs personnes…

– T’es célibataire!!  Profites-en!! Butines!!

– C’est déjà fait merci.  C’est la meilleure manière de te sentir encore plus seule une fois le fun terminé.  Non merci.

 

– Vois tes amies, sors!! Profites-en!!

– Je sors et je vois mes amies en masse, merci.  Par contre elles ne sont pas toujours disponibles pour dormir en cuillère et me faire des guilis dans le dos.

 

– Il va finir par te taper sué nerfs le gars!! T’es chanceuse, tu peux dormir et avoir la tv à toi tu-seule!!  Profites-en!!

– Vraiment? Sans commentaire.

 

– Tu peux faire ce que tu veux quand tu veux!! Chanceuse!!

– T’as un point, mais reste que c’est le fun le faire à deux.  Genre.

 

– Vaut mieux être seule que mal accompagnée!!

– Encore un point.  Exactement la raison pourquoi je seule.  C’est toute ou pas pentoute.

 

– Le gars va pas venir frapper à ta porte là! Va sué sites, fais kek chose!!

– Heille merci!! Moi qui attends que ça sonne à porte depuis 2 ans.  Pour les sites, tu m’excuseras, mais je ne suis pas capable de me sentir comme dans le catalogue Sears.  J’ai essayé, c’est non.

 

– T’es en amour avec l’amour Gen.  T’es trop intense.

– Ben oui kess tu veux.  Reste que j’ai eu 3 chums dans ma vie et que je ne les ai jamais entendu se plaindre de mon « intensité ».  Ça revient donc à mon « toute ou pas pentoute ».

 

Et là je m’abstiens de vous parler de Noel qui s’en vient… C’est pas des farces, je me suis auto-planifiée pour travailler de soir pour être ben certaine de ne pas y penser.  La job est encore une drogue légale alors j’en profite.

Alors toi, futur homme dans ma vie ou de ma vie on sait pas.  Saches que je suis une fille qui aime sans limite.  Je serai toujours là pour t’appuyer, t’encourager, te faire rire et te dire tes 4 vérités.  Je serai la première à toujours vouloir te surprendre et te faire grandir.  Et surtout je serai la première à te montrer que le bonheur est dans les petites choses.

En échange, je veux que tu me forces à avoir besoin de toi.  Je veux que tu me forces à m’appuyer sur toi parfois.  Je veux que tu m’apprennes à faire confiance… Ah pis j’aimerais vraiment ça que tu montes mes pneus sur la mezzanine du garage et que tu démontes ma trampoline…  J’ai beau être capable, c’t’une job d’homme ça…

Là je suis juste fatiguée d’être tout et rien à la fois…  J’ai le goût d’être la femme de quelqu’un qui est très loin d’être n’importe qui.

QUE SERA SERA

Namaste mes amis

 

 

 

Vous aimeriez aussi...